Je cherchais un toit. Je les voyais, à l’abri. Pas de mésaventures, pas d’orages à fuir, pas de vent à contrer. Je m’en fichais des quatre murs, de la véranda et du joli lustre. La grandeur ne m’intéressait pas.

Je cherchais un toit. Il pouvait être petit, avec quelques trous qui feraient couler l’eau. Bleu, vert, rouge, multicolore ou sans saveur. J’ai couru dans les allées. Comme un fou. Tout était pris. Aucun espace, aucune place, rien pour moi.

Je cherchais un toit. J’ai couru si vite. Il y en avait partout, des toits. Rien ne correspondait. Je me suis assis. Souffle court. J’avais trop couru. Pas de bulle, pas de couverture, pas de chaleur.

Je cherchais un toit. Un abri, une famille qui m’isole de mes intempéries, qui ose braver mes tempêtes intérieures. J’ai passé la ville, les montagnes, les rivières. Je suis allé plus loin et plus haut qu’un toit ne le puisse. Je n’ai rien trouvé.

Je cherchais un toit. Celui qui ne bouge pas quand tremble le sol. Il ne frémit pas si le tonnerre gronde. Un toit sans frayeur, sans odeur. J’ai croisé un chat sous un arbre, un oisillon dans son nid. J’ai vu un lapin dans son terrier, un ver qui avait creusé sous terre, un ours dans une grotte.

Je cherchais un toit. Je suis parti dans les profondeurs. L’hippocampe s’abritait dans les algues, l’anguille sous le sable. Un banc de tortues se cachait derrière les rochers. J’ai voyagé dans les abysses. Un poisson avait trouvé refuge sous la noirceur de l’océan.

Rien. Pas de toit. J’avais fait le tour du monde, des eaux et du ciel.Je m’apprêtais à partir dans l’espace.

Je cherchais un toit
Quand je t’ai vu, toi
Et puis j’ai compris,

Je cherchais un toit,
J’ai trouvé un nous.

By Lilimaginaire