.

.

.

.

Travailler dans une ferme au Japon, c’est aussi vivre avec la famille leurs moments du quotidien. A la fin d’une longue journée de travail, Yoishiro m’a proposé de l’accompagner à la pêche avec son jeune fils de huit ans Beiju. Pêcher de nuit dans la mer japonaise, une expérience inédite à laquelle je ne pouvais que répondre oui. Je savais l’ampleur de la fatigue qui m’attendrait le lendemain matin à l’aube, mais ma curiosité encore une fois m’avait vaincue.

Arrivés à la préfecture de Sakata en bord de mer, Yoshino a ouvert le camion et commencé à déballer les cannes à pêche. Nous étions dans le noir quasi complet et l’installation de lumières près de l’eau était indispensable. Ces dernières donnaient une ambiance douce et apaisante à la nuit. Armés d’une canne à pêche, en quête d’un repas pour le lendemain matin, je ne pensais à rien. La lune avait pris une teinte jaune. On entendait le bruit des vagues et du générateur d’électricité. Le reste était silence. Le port sentait le sel et le poisson frais. Puis, la canne devenait un peu plus lourde, un poisson ! Vite, il fallait mettre un coup vers le haut puis remonter le fil. Parfois c’était une fausse alerte, mais le plus souvent notre instinct avait vu juste. Lorsque Beiju attrapait un poisson, il appelait son père en panique et s’excitait dans tous les sens.

Après presque trois heures de pêche, le froid et la fatigue commençaient à se faire ressentir et nous avons pris le chemin du retour. J’aurais pu encore continuer des heures, j’étais comme envoutée par l’atmosphère de la nuit. Yoishiro semblait si concentré sur son travail de pêche qu’il donnait l’impression d’être ailleurs. Son fils, heureux d’avoir péché trois-quatre poissons, dormait déjà depuis un moment inconfortablement roulé en boule dans le camion. Sur le chemin du retour, j’ai commencé à ressentir l’épuisement et la satisfaction d’avoir vécu cette expérience. Au petit matin le lendemain, la grand-mère avait déjà frit le poisson ramené la veille. Toute la famille s’en remplissait la panse. Nous étions prêts à attaquer une nouvelle journée.